Audiotonine

by AEGIDE

/
  • Compact Disc (CD) + Digital Album

    Dans ce troisième album, le cocktail pop-rock-électro que propose AEGIDE est agrémenté de sonorités orientales, de “cordes sensibles” et de clins d’oeil rythmiques aux musiques latines.

    Les textes ciselés aux thèmes surprenants offrent à l’auditeur un subtil mélange de satire caustique, de poésie, d’idéalisme et d’esprit libertaire.

    Includes unlimited streaming of Audiotonine via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    ships out within 2 days

      €15 EUR or more 

     

  • Streaming + Download

    Includes unlimited streaming via the free Bandcamp app, plus high-quality download in MP3, FLAC and more.
    Purchasable with gift card

      €8 EUR  or more

     

1.
JE REVIENS TE CHERCHER Toi, mon ami, mon frère, oh mon vieux camarade Trop d’années ont passé, je me souviens pourtant Comme si c’était hier de toutes ces escapades Rappelle-toi nos idées, on marchait face au vent. Des heures insouciantes, de fêtes et d’euphorie On en a eu de belles: 400 coups éprouvés... Je sais la vie cinglante, elle condamne à l’oubli Ce soir je fais appel, je viens nous retrouver... Je reviens te chercher.... Je t’apporte un peu d’air pour refaire le monde Je reviens te chercher.... Une envie d’éphémère, une âme vagabonde. Rappelle-toi aussi ces instants gaspillés Lors de disputes obscures, ou par excès de zèle... Ces oeillères-alibis qui fardent nos regrets Et cette fille bien sûr, mais comment s’appellait-elle ? Combien de repentir, de manque de courage ? De rancunes égoïstes, de projets échoués Qu’on a laissé pourrir, enfermés dans leurs cages J’ai déchiré la liste, l’ardoise est effacée... Je reviens te chercher.... Je t’offre un peu de temps, viens chanter sous la lune Je reviens te chercher.... Des rêves exaltants, allons trouver ta brune. Que de pièges déjoués, que de belles promesses Je retrouve aujourd’hui ce qui me faisait vivre Et courir et jouer: la clé de ma jeunesse. C’est bien toi, mon ami, qui ce soir me délivres. Je reviens te chercher.... Je t’ouvre un peu ma vie devant de bonnes mousses Je reviens te chercher.... Partons sans préavis, envers et contre tous.
2.
LA CONDITION HUMAINE Au delà des clivages, Loin de ces peurs sauvages, Elle est notre richesse, L’âme de notre espèce. Malgré les différences, De dogmes et de croyances La condition humaine A de tels spécimens. Est-ce un for intérieur ? Un cerveau ou un coeur ? La question ou l’erreur ? Est-ce l’esprit ou l’atome ? Le serpent ou la pomme ? Qui fait de nous des Hommes ? Au delà des couleurs, Des haines et des douleurs, Elle est le point commun Entre tous les humains. Dans ce milieu hostile, Dans ce monde fragile, Les chances étaient bien minces Graine d’homo sapiens. Est-ce le fait d’un être suprême ? D’un obscur théorème ? D’un bug dans l’écosystème ? Est-ce dans l’eau ou dans l’air ? Dans la poussière stellaire ? Où est la clé du mystère ? Elle est le révélateur. Est-elle amour ? Sagesse ou bien folie ? Elle est le détonateur, Le point du jour, c’est une mélodie... Est-ce la foi, ou l’éthique ? Une loi métaphysique ? Juste un code génétique ? Est-ce un cycle éternel ? Un souffle universel ? Une simple étincelle ? C’est un for intérieur, Un cerveau et un coeur, la question et l’erreur. C’est une quête souveraine, Une Histoire incertaine: la condition humaine.
3.
CE SERA SANS MOI Par un après-midi d'été Empreint de tranquillité Je profitais des vacances Du soleil, du silence... Voilà que la belle brochette La ligue des trouble-fêtes Vient me harceler à ma porte Avec l’ennui pour escorte D’abord Monsieur Voisin M’assure que tout va bien.. Comme il fait des travaux A grands coups de marteau Faudrait que je garde ses gamins Faut que je promène le chien Que je lui ramène le pain... J’ai dit : Stop ! Non, je ne crois pas ! Non, ça sûrement pas ! Ce sera sans moi.. Non, je ne veux pas ! Non, très peu pour moi ! Ce sera sans moi.. Non, n’insistez pas ! Non , lâchez moi ! Ce sera sans moi.. Non, pas cette fois ! Cette fois... Ce sera sans moi ! Puis vient Mademoiselle Copine Qui va faire son shopping Elle veut que je l’accompagne Tu vois... tout un programme Un sourire et fissa Elle attrape ma Visa Chéri, viens si tu m’aimes Ca prendra juste une semaine.. Sur ce, Monsieur Patron S’invite dans mon salon Il ne peut plus me payer Mais veut que j’aille travailler Faut donner sa chemise Pour sauver l’entreprise Pour faire face à la crise... J’ai dit : Stop ! Madame Politique débat pour que j’adhère à sa clique Monsieur Financier s’affaire à devenir mon créancier Monsieur Religieux me prie de croire en de drôles de Dieux Monsieur Virtuel rêve de me tenir sous tutelle. Non, je ne crois pas ! Non, ça sûrement pas ! Ce sera sans moi.. Non, je ne veux pas ! Non, très peu pour moi ! Ce sera sans moi.. Non, n’insistez pas ! Non , lâchez moi ! Ce sera sans moi.. Non, pas cette fois ! Cette fois... Ce sera sans moi !
4.
LONGUEUR D'ONDE Bercé de quotidiens corrompus à outrance Otage à mon insu de fluctuations boursières Je subis le quota de tendances éphémères Dictées par des standards, des modes ou convenances. Saoul des oscillations de carcans arbitraires Contraint de m'adapter, bien conforme aux critères J’absorbe les mises à jours, comme un junk-androïde Sans cesse en décalage sur ces sinusoïdes. Mais dans ce tapage perpétuel , je perçois ton signal Je te rejoindrai dans notre repaire, Loin des ces axes trop ordonnés... Sur la même longueur d’onde, je suivrai ton écho... Je suivrai ton écho... Cadencé aux machines, esclave du chrono Soumis au va et vient continu des métros J’accepte les réveils et les feux tricolores Roué d'interférences d'apparence indolores Synchronisé aux bips, aux horloges, aux plannings Les battements du coeur qui succombent au timing J’essuie l’onde de choc de ces déflagrations Largué dans cet obscur réseau de vibrations Mais dans la course continuelle, je perçois ton signal Je te rejoindrai dans notre domaine, Hors de ce système d'exploitation... Dans ce chaos spirituel, je perçois ton signal Tu m'atteindras au fond de mon âme... Sur la même longueur d’onde, je suivrai ton écho... Je suivrai ton écho...
5.
Sci Fi Hero 03:39
SCI FI HERO Salut, Ô peuple de la Terre, on m'appelle "Trader Boy" Je suis le héros interstellaire aux allures de play boy Je suis la crême du cosmos... Le top des super-agents... Charme et classe en toutes circonstances Golden Boy de l'espace, j'ai surtout l'assurance J'honore tous les défis, toutes les obligations Si ça génère du profit, je suis accro à l'action Comme le surfeur d'argent, je parcours la grande ourse Je trône au firmament sur les cours de la bourse Je m'adapte au décor, dans un costume astral Blindé et cousu d'or, je gère mon capital J'ai des pouvoirs magiques, armes intersidérales OPA médiatiques et bouclier fiscal Un spacieux jet privé comme vaisseau spacial Des rêves américanisés et du fric en pagaille Just like a Sci-Fi Hero I fly I watch you down from up in the sky Just like a Sci-Fi Hero I fly No one can reach me 'cause I'm so high Comme tous les vrais héros, je suis très populaire Je vais même faire le show, gigolo de première Télé réalité, je m'affiche accessible Célèbre et adulé, je demeure invincible Car jai beaucoup d'amis, une guilde d'élite Dans tout "Gotta city", des peoples satellites Des filles que je possède, des larbins qui gravitent Les relations ça aide, pour régner sur l'orbite Dans ce ciel étoilé, je ris et je m'étale Tout est bien sécurisé: protection maximale Dans ces galaxies prisées, Je goûte en liberté Aux délits d'initiés, Aux parachutes dorés. Je viens d'un univers truffé de particules D'une planète dorée, à des années lumières Formé dans le meilleur des systèmes scolaires Dans les sphères célestes, je joue les funambules... Vaurien bouffi d'orgueil, ou héros légendaire Je fais dans le tape-à-l'oeil, et dans l'humanitaire Quand ta planète explose, j'accours en sifflotant Partout où sévit la misère, je plante mon drapeau J'abreuve ces pauvres hères de discours à-propos Je lutte avec ferveur, sous serment de franchise M'assure les faveurs de la terre promise Je vole sous tous les cieux, Je change de couleurs Un peu de poudre aux yeux: pharmacien, promoteur, Gourou, roi du pétrole : je peux me transformer J'empoche le pactole et puis je disparais...
6.
Audiotonine 04:00
AUDIOTONINE Quand le chaos s'ordonne, que l'alchimie s'opère Du tumulte au murmure que le silence infuse Elle surgit du néant, explose et se diffuse Ma stupéfiante hormone, ma substance mystère. Elle investit mon âme jusque dans le tréfonds Mue mes cellules grises en couleurs désinvoltes Distille dans mes veines l'ardeur et la révolte Elle m'insuffle à l'envie doux zéphyrs ou typhons. J'absorbe et j'assimile ma dose quotidienne Je la sécrète, elle m'inspire, mon héroïne endogène. Audiotonine ! Elle se répand, elle se propage... Audiotonine ! Elle se profile sur nos visages... Audiotonine ! Elle se transmet, elle se partage... Audiotonine ! L'amour s’ébat dans son sillage... Quand le rythme prend vie, que déferlent les ondes Défiant l'ordre établi, elle flotte dans les airs Vole de proche en proche, au delà des frontières Et chacun la respire: elle fédère le monde. Elle sème aux quatre vents son germe salutaire L'antidote aux barbaries, son élixir libertaire
7.
Exoplanète 03:51
EXOPLANETE Je t'attends comme délivrance, Un exode, une autre existence Je te veux nouvelle hypothèse Destinée double, parenthèse... Je t'espère en nouveau départ, En réponse, éden exutoire. Je te sais voyage infini A des années lumières d'ici... Je te souhaite miroir, mon étoile jumelle, Semblable intelligence. Dans cet autre regard, une vie parallèle, Sage et noble conscience. Aux confins d'univers, les planètes se singent, Pauvres nombrils de mondes Des êtres similaires et pourvus de méninges, Animent la même ronde... Comme on peut se leurrer pour cet autre identique Ce sosie ignoré, rêve exobiologique... Mon exoplanète, mon alternative Ohé oh ohé oh! Céleste furtive Mon exoplanète, mon inaccessible Ohé oh ohé oh! Désir indicible Patiemment je fonde ma thèse Réfléchis, songe à ta genèse Nuit et jour je sonde et j'écoute... Et je m'allonge sous la voûte Dans le ciel, je guette tes traces Minutieux, je scrute l'espace. Je surveille autour des soleils Oui, je veille sur toi ma merveille... Mais là-bas, qu'en font-ils, de leur planète bleue? De leur si belle Terre, Singulière et fragile, ce monde fabuleux, A la claire athmosphère On dit qu'ils la saccagent, on dit qu'ils font la course, Que le temps a un prix Que la haine y fait rage, on me dit que la bourse Y vaut plus que la vie On me dit que leurs dieux ne peuvent vivre ensembles Et qu'ils se battent entre eux lorsque les peuples tremblent.
8.
IL NE RESTE QUE TOI Si je taille dans la masse De questions subsidiaires Si j’ôte l’inutile, il ne reste que toi. Si je fais de la place Et lève les barrières Des contraintes futiles, il ne reste que toi. Si j’écarte la charge du passé, Que je mets dans la marge ce qui est cassé, Si je regarde ailleurs, Si j’écoute mon coeur, L’horizon se dégage Et j’y vois ton visage… Tout est clair. Il ne reste que toi, dans ce silence, Seule évidence, dans la nuit. Il ne reste que toi, que ta présence, Comme une danse, dans ma vie. Si j’enlève l’occulte L’absurde et l’illicite Des bluettes fugaces, il ne reste que toi. Si j’ignore ce tumulte De doutes parasites Si j’abrège l’angoisse, il ne reste que toi. Si je chasse ces peines poussiéreuses, Que je balaye la haine insidieuse, Si je tais l’insipide, Les palabres stupides, Je n’entends plus que toi, Que le chant de ta voix… Tout est clair. Si je sculpte ce bloc de passions, Et façonne ce roc de pulsions, Si j’élague et en tire L’essence du désir, Dans la matière cristalline, Ton buste se dessine… Tout est clair. Il ne reste que toi, que ta présence, Comme une danse, dans ma vie. Il ne reste que toi.
9.
Une seconde 04:31
UNE SECONDE Serait-ce le hasard qui, en jouant, d’un coup de dés, Te remet sur ma route aux premiers jours d’automne ? A la croisée des chemins... Mon amour disparu. Sous nos verres fumés nos regards clairs se cherchent Imposteur, clandestin, hier je te désertais Comment te dire avant que s’éloignent nos pas ? Ô combien de regrets... Juste une seconde, Une seconde pour tout dire Juste une seconde, Ne laissons plus le bonheur s’enfuir Par inadvertance. Cet instant, c’est juste une seconde Une seconde chance. Serait-ce le destin qui, nous dirigeant de ses fils, Nous plante face à face au bord de la grand route? Juste à la tombée du jour... Mon amour si lointain. Sous nos lèvres crispées nos sourires se guettent Fugitive, infidèle, hier tu louvoyais Voudras-tu me dire avant que l’on s’en retourne? Ô combien de regrets... Serait-ce le ciel ou bien les astres en concordance, Qui offre étrangement cet instant singulier? Avant le compte à rebours... Aujourd’hui mon amour. Sous nos secondes peaux, nos coeurs s’attirent encore Eprouvés et intègres, enfin plus sûrs de nous Une seconde et nous nous en irons ensemble. Balayant ces regrets...
10.
DES ROUTES ET DES RIVES Ami, n’as-tu jamais succombé aux sirènes du grand large? Eu l’envie d’un passage en dehors des balises, Au delà des repères? Loin des conduites à suivre, Auras-tu le courage d’outrepasser les marges, Pour sillonner enfin ces lignes imaginaires? Vrillé de confuses passions Je pars du droit chemin, pour des sens interdits Dégringoler l’échelle Du manège paisible Je rêve d’escapades en dissidence Grisé de foules d’attractions Je sors par effraction pour des fractions de vies Exil occasionnel Sur l’arbre des possibles Va-t’en savoir qui invite à la danse? Des routes... qui nous mènent vers l’inconnu Où l’on guette l’inattendu Que de vies, que d’amours, que d’histoires Pour nos vies dérisoires. Des rives... qui nous gardent aux heures indues Où l’on s’attache à notre insu Que de vies, que d’amours, que d’histoires Pour nos vies dérisoires. Trempé, démuni, naufragé Echoué, usé de vie à marée basse, Quitte à nouveau la digue Pour reprendre la mer. Mène ta barque à bon port vieux gavroche Séché, qui peut nous relever... Quelle étrange force nous sort de l’impasse Bien que mort de fatigue Il y a encore à faire Sans garde-fou, à quoi est-ce qu’on s’accroche? Ami, n’as tu jamais louvoyé dans ces contrées hostiles Chancelé sous des pluies diluviennes, En quête d’une terre d’asile Auras-tu le courage de retrouver ta piste, Pris dans ces vents de sables, pour revenir chez toi, Aprés tant de détours sur les traces des diables?
11.
L'INSAISISSABLE Comme un petit cadeau dénué de prétextes Comme un sourire offert de lèvres inconnues J'aime être la surprise qui embellit la vie Comme un point de couleur égaye la toile blanche Comme une herbe assez folle pour percer le bitume J'aime être le détail qui mène à l'espérance Comme un ange qui passe au coeur de la dispute Comme cette hésitation qui précède un aveu J'aime être cette pause qui donne corps au temps. Comme l'étroite fissure lézarde un mur trop lisse Comme une parole en l'air déride ce monde austère J'aime être cette clé qui délivre nos têtes. A contre courant, toujours surprenant, Mon comportement est injustifiable. Surgi par hasard, soudain je repars, Le temps d'un regard, je suis l'insaisissable. Comme l'erreur passée qui s'avère instructive Comme une seule anecdote reste des grands voyages J'aime être le détour qui pimente la route Comme l'amant d'un soir d'une idylle impossible Comme cet élan d'amour venu d'un coeur séché J'aime être ce désir qui nous pousse vers l'autre Comme une simple pièce décroche le Jackpot Comme cette anomalie qui révèle un talent J'aime être cette chance qui brouille les destins Comme cette étoile filante déchire le ciel d'hiver L'outsider anonyme qui gagne un jour la course J'aime être cet éclat qui fait naître les rêves.
12.
ADULTES ET CONSENTANTS Un peu moins stupides, un peu plus de rides Un peu moins candides, un peu plus lucides Un peu moins timides, un peu plus de bide Adultes, oui... Mais nous dans tout ça? C’est comme si l’on avait changé... Perdu un peu de soi en cours de route Un peu comme si l’on s’était trouvé... Affirmé, sans laisser de place aux doutes Un peu moins de “spleen”, un peu plus de routine Un peu moins d’insouciance, un peu plus d’expérience Un peu moins d’aventures, un peu plus d’écorchures Adultes, oui... Mais l’amour dans tout ça? C’est comme si l’on s’était détruit... Epuisé contre des amours-chimères Un peu comme si l’on avait appris A prendre soin d’une flamme éphémère C’est un drôle de sentiment Que l’ivresse de ce moment Comme un vin au goût curieux : Ni trop jeune, ni trop vieux... Un charme aux saveurs étranges Un philtre où hier et demain se mélangent Buvons à ces instants, Adultes et consentants... Un peu moins d’alibis, mais plus de compromis Un peu moins de doctrines, un peu plus de combines Un peu moins d’illusions, un peu plus de raison Adultes, oui... Mais le sens de tout ça? Un peu moins de mémoire, un peu plus d’histoires Un peu moins de folie, un peu plus de crédits Un peu moins de temps, un peu plus d’enfants Adultes, oui... Mais la vie dans tout ça? C’est comme si l’on s’était menti : la vie n’est pas écrite dans les livres Un peu comme si l’on avait grandi Pour apprivoiser la peur d’être libre. Ni amers, ni méfiants... adultes et consentants.

about

Le concept de l'album:

Audiotonine: n.f (Lat. “audire”: entendre et Gr. “tonos”: tension)
Hormone endogène sécrétée par l’hypothalamus en réaction aux stimuli auditifs, lors de l’écoute, la pratique ou la création musicale.
Cette substance est, pour l’être humain, génératrice de plaisir et d’émotions.
Elle possède en outre la propriété de s’épanouir dans l’air via les ondes sonores et d’être ainsi transmissible, assimilable de proche en proche.

Dans ce troisième album, le cocktail pop-rock-électro que propose AEGIDE est agrémenté de sonorités orientales, de “cordes sensibles” et de clins d’oeil rythmiques aux musiques latines.

Les textes ciselés aux thèmes surprenants offrent à l’auditeur un subtil mélange de satire caustique, de poésie, d’idéalisme et d’esprit libertaire.

Les thèmes abordés:

AEGIDE commence cet opus avec une chanson traitant de l'amitié et un titre sur notre "condition" d'être humain.
Viennent ensuite trois morceaux plus critiques sur notre mode de vie dans la société actuelle: obsolescence programmée, conditionnement des pensées et abus du monde de la finance.

AEGIDE développe ensuite un de ses thèmes de prédilection: le voyage. Il entreprend d'abord un voyage intérieur, explorant les émotions et les plaisirs (addictifs) musicaux, avant de nous projeter aux confins de l'univers, à la recherche de "son" exoplanète...

Dans la dernière partie de l'album, AEGIDE propose deux visions sur le sujet de l'amour: son côté entier, essentiel mais difficile à préserver et une histoire de "seconde chance", de reconstruction...

Il termine son propos avec un titre sur la beauté du hasard, de ces petites choses qui pimentent et embellissent l'existence.
Le dernier morceau décrit le passage obligé à l'âge adulte, avec ses renoncements et ses désillusions, mais aussi avec la naissance d'autres rêves, de bonheurs à venir : un nouveau chapitre s'ouvre...

credits

released May 26, 2017

Musiciens:

AEGIDE: chant, choeurs, guitares et programmations
Yoann Algans: claviers et programmations
Tony Marcos: batterie et percussions
Julien Charles: basse
Bastien Mercier: violoncelle
Anne-Flore Gindre, Ophélie Renard: alto
Annabelle Poumarat: violons

Autres:

Textes, musiques et arrangements: AEGIDE
Enregistrement, mixage et mastering: Marc Dubézy - studio CDM (Toulouse)
Conception et réalisation pochette: AEGIDE
Photos: Sébastien Brémont
Produit par AEGIDE et l'association Illico.

license

all rights reserved

tags

about

AEGIDE Toulouse, France

Auteur Compositeur Interprète.

De la chanson française, AEGIDE garde les mots, leur sens, leurs jeux et leur poésie.

Dans la folk il puise l'authenticité, le message contestataire des songmakers.

Le rock est pour lui un état d'esprit, un moyen d'expression universel où l'énergie demeure essentielle.

Quant à la musique pop, elle lui apporte des mélodies efficaces restant gravées dans nos têtes.
... more

contact / help

Contact AEGIDE

Streaming and
Download help

Shipping and returns

Report this album or account

If you like AEGIDE, you may also like: